Poetic Sabotage and the Control Society : Christophe Hanna, Nathalie Quintane, Jean-Marie Gleize

Nathalie Wourm

Résumé


Cette étude du rapport entre théorie et politique dans les pratiques poétiques de Christophe Hanna, Nathalie Quintane et Jean-Marie Gleize, propose d’abord un contexte historique, culturel, littéraire et philosophique de leurs travaux les plus récents. L’article considère l’intérêt de ces trois auteurs pour le socialisme révolutionnaire et l’anarcho-syndicalisme du XIXème siècle, et la manière dont les figures d’Auguste Blanqui et d’Émile Pouget informent leur appréhension du début du XXIèmesiècle en France. L’agitation sociale et la répression des gouvernements successifs, le symbole que représente l’affaire de Tarnac, et le traitement des zadistes, des réfugiés, et de ceux qui bousculent le statu quo, sont pris en considération. D’autre part, cet article suggère des pistes d’interprétation dans les philosophies de Michel Foucault et de Gilles Deleuze et Félix Guattari, ainsi que dans l’œuvre de William Burroughs. L’étude montre qu’une résistance littéraire à la « société de contrôle » est possible.


Mots-clés


Hanna ; Quintane ; Gleize ; politique ; poétique

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo