De La préférence nationale à Marianne. L’esprit “mauve” de l’identité française dans la prose de Fatou Diome

Valentina Tarquini

Résumé


Le Prologue de Marianne porte plainte ! nous bascule au cœur du débat qui occupe le devant de la scène médiatique et politique en France sur les nouvelles identités françaises. Le contexte sociopolitique de ce pamphlet est celui des élections présidentielles de mai 2017, marqué par la montée du lepénisme et la menace du nationalisme d’extrême droite dont Fatou Diome avait déjà dénoncé les dérives dans son premier ouvrage, La Préférence nationale, un recueil de nouvelles publié en 2001. Dans cet article, nous essayerons d’interroger la notion d’identité nationale dans les écrits de la romancière franco-sénégalaise à partir d’une étude rhétorique sur les structures dialectiques qui forgent son écriture : le binarisme loup-agneau constitue, entre autres binômes, un pilier isotopique qui traverse la production littéraire de la romancière. Notre objectif sera de montrer comment Fatou Diome élabore sa poétique à travers un processus de synthèse euphémisant les antinomies rhétoriques. Ainsi, il sera aisé d’identifier dans la métaphore chromatique, la couleur mauve, la pierre angulaire de sa poétique : l’espace fictif et auctorial de synthèse est celui par lequel Fatou Diome prône l’esprit républicain, combatif et participatif. C’est au nom de cet esprit mauve que la romancière dessine sa propre topographie planétaire pour enfin revendiquer de plein droit sa place dans le champ culturel et littéraire français.


Mots-clés


Marianne; préférence nationale; loup; mauve; rhétorique

Texte intégral :

PDF HTML





2012 | Revue critique de fixxion française contemporaine |  (ISSN 2033-7019)  |  Habillage: Ivan Arickx |  Graphisme: Jeanne Monpeurt
Sauf indication contraire, textes et documents disponibles sur ce site sont protégés par un contrat Creative Commons CClogo